Prendre l’épreuve de face

Cliquez ici si vous ne pouvez pas lire la video
Résumé du cours:

Faire fauter son prochain est pire encore que de le tuer, car la mort du corps est définie dans le temps mais la mort spirituelle elle, est infiniement perdue. Celui qui reconnait la main d’Hachem dans ce qu’il obtient et remercie, attirera sur lui encore plus d’abondance, et d’autant plus de manifestation du divin dans sa vie. Nos épreuves n’ont aucun autre but que de nous faire accepter la volonté d’Hachem, tout en nous livrant de nouveaux outils, et de nouvelles forces pour la vie. Le salaire de celui qui peine dans son service divin est de loin supérieur à celui qui le fait sans beaucoup de difficulté ni sans trop d’effort. De là nous comprenons pourquoi la Brakha des enfants (garçons), se fait en mentionnant le nom “Efraïm” et “Ménaché”. Car tous les deux ont su surmonter l’épreuve du passage en Egypte, alors que les autres enfants de Yaakov n’ont pas eu ce mérite.

Le goût de l’effort face à une épreuve, ressemble à un sac à dos que l’on nous demande de porter, celui qui accepte ne sentira par le poids du sac car il le mettra sur son dos. Mais celui qui le porte sans pour autant accepter la situation, le gardera à bout de bras. Combien lourd sera le sac, et combien plus dure sera l’épreuve. Au final, le sac n’était pas lourd pour celui qui l’a mis sur son dos, pourtant du même poids que celui qui a été tenu à bout de bras. Celui qui accepte l’épreuve d’Hachem a déjà pris le goût de la prochaine, sans rien sentir.

Télécharger le cours :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *