La prière répare nos fautes

Cliquez ici si vous ne pouvez pas lire la video
Résumé du cours:

Nous prions trois fois par jour, mais parfois sans se rendre compte quelle est la force de notre prière. Chacune de nos Téfilot a plus de force que de faire un Korban. Le Korban a lui, la force de réparer une faute involontaire (bé chogeg), alors que la Téfila possède le pouvoir de réparer nos fautes, même volontaires. Un bahoukh attendait pour se marier, mais tous ses chidoukhim s’annulaient à cause d’un voisin qui faussait les enquêtes de voisinage. Le Bahoukh demanda alors à son Rav s’il devait déménager. Le Rav lui répondit que non, car le jour où le bon Zivoug devra questionner le voisin, elle s’adressera à la bonne personne, et non pas au voisin malveillant. Nous attendons tous une réponse à nos prières, mais les choses viendront quand Hachem l’aura choisit, au meilleur moment pour nous. Hachem ne manque d’aucun moyen, et si notre prière n’est pas encore exhaucée, c’est un choix délibéré d’Hachem, qui est seul à connaitre le futur. Avec un peu de recul, on comprendra que chaque refus ou empêchement qui se dressaient devant nous, n’étaient rien d’autre qu’une porte fermée par la main d’Hachem, pour notre bien. A la fin de chaque situation, à nous de reconnaitre combien la main d’Hachem nous aura aidé du début à la fin, sans oublier le moindre détail.

Télécharger le cours :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *